La liquidation déficitaire, ou l'euthanasie des sociétés, une alternative à la faillite trop peu employée

liquidation
Jeudi, 26 avril 2018

Lorsqu’une entreprise traverse des difficultés insurmontables, beaucoup s‘orientent directement vers la faillite qui leur semble la seule issue.

C’est une erreur.

La liquidation déficitaire est une alternative à la faillite.

La société, même en faillite virtuelle, peut  d’ailleurs imposer à ses créanciers la liquidation déficitaire, ce qui  fait de cette liquidation un droit et non une faveur.

La liquidation déficitaire constitue une alternative à la faillite, elle  présente de nombreux avantages, en voici  les plus marquants :

  • Les mesures de publicité d’une liquidation sont beaucoup plus discrètes que celles prises lors d’une faillite, ce qui a pour corollaire de ne pas ternir ni l’image de marque de la société, ni surtout celle des gérants, et ce tant vis à vis des tiers que vis à vis des banques.
  • L’assemblée générale pourra librement choisir la personnalité du liquidateur, ce n’est pas le cas en matière de faillite.
  • Le parquet n’est pas averti par le liquidateur de l’état de la liquidation, seul l’est le Tribunal de Commerce, ce qui diminue le risque de poursuites pénales.
  • Le liquidateur ne peut entamer les différentes actions civiles qui auraient pu être dirigées par le curateur à l’encontre des gérants ou des administrateurs.
  • Le choix de la mise en liquidation permet de diminuer le stress et le sentiment d’échec inhérent à toute procédure de faillite ; ce qui permet au manager de s’inscrire dans une dynamique positive, ce qui entraine de surcroit une meilleure valorisation de l’outil économique (ou de l’actif) lors de sa cession.
  • Sans la lourdeur procédurale de la faillite, les opérations de vente sont plus rapides, ce qui favorise les créanciers.

Au vu de cette brève description des avantages de la liquidation déficitaire, on comprend le regain d’intérêt  pour celle-ci.

Christophe BODSON et Lise BELLEFLAMME